Avoir 29 ans en Haïti

Article : Avoir 29 ans en Haïti
7 janvier 2015

Avoir 29 ans en Haïti

Nicxon DigacinAujourd’hui, j’ai 29 ans. « C’est très peu. Il te reste encore beaucoup de choses à vivre », me diraient certains. Oui, j’avoue que ce n’est pas un très vieil âge. Mais avoir 29 ans en Haïti, c’est comme avoir marché dans la vallée de la mort pendant de longues années sans encore y laisser sa peau.

De catastrophes naturelles à tourbillons politiques, je suis un rescapé multiplement récidivé. Héritier d’une malédiction parfaitement structurée qui ronge ma terre, à l’instar de tous mes frères dont les parents n’ont aucun embranchement avec l’oligarchie en place, la vie ne m’a jamais ménagé. Elle n’a jamais hésité à me fouetter, me pincer, voire me mordre jusqu’aux os. Mon corps en garde les cicatrices. Mon âme en porte certaines blessures béantes. Chacune d’elles est la marque des guerres que j’ai livrées tantôt pour rester en vie tantôt pour essayer d’améliorer ma vie.

En 29 ans, j’ai vu mes frères s’émouvoir sans arrêt, sans jamais atteindre la bonne humeur. J’ai vu des gens désespérés s’ériger en libérateur des pauvres, puis s’enrichir et partir vivre dans le luxe derrière de géants murs barbelés. J’ai vu un peuple naïf et émotif se confier à des hommes cyniques. J’ai vu un pays qui se cherche en tâtonnant entre le déclin de son glorieux passé et son avenir toujours indécis.

En 29 ans, j’ai vu des choses changer, mais changer pour s’empirer. J’ai vu disparaître les forêts, les rivières et les oiseaux qui ont égayé mon enfance. J’ai vu de belles plages transformées en dépotoirs. J’ai vu de belles avenues changées en marchés publics. J’ai vu s’évaporer la convivialité, la solidarité et la confiance. J’ai vu un peuple vaillant s’agenouiller pour quémander son pain à tout venant. J’ai vu une jeunesse florissante sombrer dans la dépravation et la paresse.

En 29 ans, j’ai traversé les strates de mon pays d’une extrémité à l’autre, des très riches aux trop pauvres. J’ai vécu dans la crasse la plus infâme et côtoyé des gens de la très haute société. J’ai entendu, j’ai vu, j’ai vécu des choses. Beaucoup de choses. Les unes plus révoltantes que les autres. J’ai été victime du clanisme ; parfois stigmatisé, humilié, exploité, refoulé, incompris……

Mais, par-dessus tout, en 29 ans, je porte en moi un amour indicible et intact pour cette terre qui m’a enfanté. Terre mal aimée, terre généreuse, terre clémente; c’est ma terre, mon pays, mon Haïti. Elle m’a tout donné : ma force, ma chaleur, ma joie de vivre. Toute dépouillée et enchaînée dans ses souffrances, elle me comble avec le peu de charme qui lui reste. Son soleil me donne chaque jour l’énergie nécessaire pour traverser les années et affronter les tribulations de la vie.

Partagez

Commentaires

Mylène
Répondre

Merci d'avoir partagé ce texte. Tu as déjà vu et vécu tant de choses, et pourtant je te souhaite d'en vivre encore plus, de préférence de magnifiques sur cette terre que tu aimes. Longue vie, meilleurs voeux. Au plaisir de te lire !

Nicxon Digacin
Répondre

Merci Mylène. Je suis heureux que tu aies pris le temps de lire. Merci beaucoup aussi pour tes souhaits.

Marie-noelle
Répondre

Merci de partager ton histoire, ta vision des choses et ton amour indefectible pour Haïti.

Nicxon Digacin
Répondre

Merci Marie-noelle :) Merci beaucoup d'avoir pris le temps de lire

Sasha T. Sévère
Répondre

très profond.

Nicxon Digacin
Répondre

Merci

Marseille Guerline
Répondre

J'adore, compliments!

Nicxon Digacin
Répondre

Merci Guerline :)

Edouarzin
Répondre

Mes felicitations mon frère. C'est un texte bien structure et touchant qui peint une bonne partie de la realite de notre pays. Je te felicite monsieur le communicologue. Joyeux anniversaire Diga! Que Dieu t'accorde la grace de vivre beaucoups plus d'annees encore afin que tu puisses continuer a peindre la realite de notre cher petit pays que nous ne cesserons d'aimer malgre tout.

Nicxon Digacin
Répondre

Merci beaucoup. C'est très encourageant :)

Dupas
Répondre

Bravo cher ami!

Nicxon Digacin
Répondre

Merci :)

Nahomie
Répondre

Felicitations pour tes ecrits Nixon. A chaque que je lis tes textes je vois en toi un grand ecrivain. Je t'encourage de continuer avec plus de determination.

Nicxon Digacin
Répondre

Merci beaucoup Nahomie. Tes encouragements me vont droit au cœur.

Franckel MOREAU
Répondre

Mon cher partisan, mes compliments pour tes ecrires.! Ils ont le sens d'un ecrivain authentique qui puise son inspiration dans le bastion inepuisable. T'es Un penseur qui peint une realite, notre realite de quotidien. Ca nous remonte dans la litterature haitienneavec la tendance nationale de la generation de la Ronde, quand tu sembles faire un diagnostic du mal qui ronge partout dans le pays.Une fois de plus , camarade mes compliments.Vive Haiti, Vive la jeunesse pensante Haitienne!du coup vive l'esprit des oeuvres de l'auteur! . M.F.

Soucaneau Gabriel
Répondre

Bon travail.